Au fil des années nous avons pris conscience que faire découvrir aux visiteurs des sites classés au patrimoine mondial de l’Unesco n’est pas une simple visite. Pour nous c’est devenu une sorte de devoir.

L’évolutions des choses de nos jours et dans la réserve naturelle de Scandola nous a fait reconsidérer notre travail. C’est une chance de pouvoir profiter des merveilles de la nature, mais il faut faire en sorte de pérenniser ces sites naturels et sauvages en tant que tel.

Nous avons prit des décisions dans notre manière de visiter Scandola, au delà de la réglementation en vigueur, dans un but de préserver cet endroit et indirectement notre travail.

  • Interdiction de mouiller dans tout le périmètre de la reserve naturelle maritime et terrestre. Cela permet de ne pas abimer les fonds marins et aussi de réduire la pollution sonore et visuelle et d’éviter divers produits de se diluer dans les eaux de la réserve, comme les crèmes solaires ou les eaux grises.
  • Interdiction de se baigner dans la reserve naturelle. On considère cet espace comme une reserve naturelle et non pas une piscine. Cela permet de limiter la pollution sonore et visuelle.
  • Une navigation lente et silencieuse, moteurs au ralentis, en limitant les bruits à bord du bateau. Selon une étude de l’OMI, les nuisances sonores perçues par la vie sous marine sont dues à 80% par la cavitation des hélices et 20% le bruit des moteurs et la vie a bord du bateau.
  • Une exclusion de visite de la partie intégrale de la réserve naturelle, qui est la base de toute la biodiversité du site et également le noyau de l’écosystème de Scandola. Nous sommes pour la sanctuarisation de cette petite zone de la réserve qui est en fait le coeur de la vie sous marine.

Nous avons aussi investi :

  • Des moteurs essence de dernières générations.
  • Des hélices sur mesure pour réduire la cavitation
  • Une coque de bateau moussé pour réduire les bruits du bord sur les fond marins.

 

Mare Bellu améliore son matériel pour des visites plus respectueuses de la nature. 

Quelle est la principale source de bruit d’un navire sous l’eau ?

Selon l’OMI ( Organisation Internationale Maritime ) et le Comité de la protection du milieu marin (MEPC), le bruit rayonné sous l’eau que produisent les navires de commerce est dans sa majeure partie, voire sa totalité, causé par la cavitation de l’hélice, c’est-à-dire la formation et l’implosion de cavités de vapeur d’eau causées par la diminution et l’augmentation de la pression au fur et à mesure que l’eau est entraînée autour de la pale. La cavitation provoque du bruit sur une large bande et des pics discrets aux vibrations de la fréquence du passage de la pale dans le spectre du bruit sous-marin. Les machines se trouvant à bord et les aspects ayant trait aux modifications de l’exploitation peuvent également contribuer à la production de bruits sous-marins.

Quelles solutions ?

En 2014, l’OMI a adopté des directives visant à réduire le bruit sous-marin produit par les navires de commerce. Au regard des complexités associées à la conception et à la construction des navires, les Directives se concentrent sur les principales sources de bruit sous-marin à savoir les hélices, la forme de la coque, les machines se trouvant à bord et les autres aspects liés à l’exploitation et à l’entretien, comme le nettoyage de la coque.

L’Evolution du Bateau Mare Bellu pour 2020

Pour 2020, Le bateau Mare Bellu des promenades en mer a Tiuccia sera le premier bateau d’excursions maritimes en Corse a s’équiper d’hélices sur mesures visant spécialement a réduire la cavitation, dans un but de réduire considérablement son impact sonore sur la vie sous marine. 

Mais c’est aussi la première fois que l’on voit un bateau de promenades dont sa coque est remplie d’une mousse acoustique spéciale afin de réduire la transmission des bruits du bord vers les fonds marins et la vie sous marine.

De plus, étant donné que le navire est équipé de moteurs hors bord, cela réduit naturellement les bruits de carène. Ces moteurs sont de dernière génération, ultra silencieux. Le bateau Mare Bellu avec sa petite taille, si l’on compare a une vedette a passagers, sera avec ses améliorations, encore plus silencieux pendant la visite de ces sites classés au patrimoine mondial de l’UNESCO.

La Question de l’Hybride ?

De nos jours, on observe de plus en plus de bateau hybride sur l’eau.

Les systèmes hybrides dans le domaine maritime de nos jours sont très complexes. Ils sont imposants, ont très peu d’autonomies et disposent de parc de batteries énormes qui se chiffres en tonnes, ce qui n’est pas adapté encore a nos petits bateaux.

Du fait de leur autonomie restreinte, sur une même visite il est impossible de rester entièrement en mode « électrique ». Du coup les fabricants nous proposent de passer en mode « thermique » pendant les temps de navigation pour recharger le plus possible les batteries et le soir de se brancher sur une prise a quai. Une utilisation très courtes et très ciblée, avec un gain très faible a notre taille, pour des impacts plus importants.

Autrement dit, consommation largement accrue en navigation et production de nuisances sonores supplémentaires. De plus, le soir on se doit d’avoir l’aménagement prévu a quai pour recharger les batteries. Sachant que la production d’électricité dans notre secteur et une centrale au fioul.

Vient ensuite la question du recyclage de tel parc de batteries en Corse et la production de ces mêmes batteries dans le monde. Il ne faut pas oublier que le bruit d’un bateau est premièrement lié a sa taille et la conception de sa carène et de ses hélices. Plus le bateau est gros plus il fait de bruit, hybride ou pas…

Notre avis sur le sujet est pour le moment négatif, pour ces différentes raison. Peut être dans l’avenir, mais en l’état actuel des choses…